MOLIERE (création collective)

MOLIERE (création collective)
Plus
Une création collective de Marion Bordessoulles, Lou Chrétien-Février, Milena Csergo, Hugo Mallon et Antoine Thiollier
Création prévue en 2021 au Théâtre du Beauvaisis, scène nationale
Une première présentation des recherches en cours aura lieu à Paris et Toulouse à l’occasion du festival Fragments #7 en octobre-novembre 2019

"Les anciens, Monsieur, sont les anciens, et nous sommes les gens de maintenant" Le malade imaginaire

Communiqué de presse

MOLIERE : « Le projet artistique le plus intrigant de 2019 »

En octobre 2019, l’Eventuel hérisson bleu montrera à Paris, ville lumière, capitale de la France, le résultat de ses premières recherches sur son prochain projet, intitulé MOLIERE.

Dix ans après sa création, l’ensemble théâtral basé en Picardie verte et composé de Marion Bordessoulles, Lou Chrétien-Février, Milena Csergo, Hugo Mallon et Antoine Thiollier fait le choix, contre le sens de l’Histoire, de renouer avec la pratique de la création collective.

Cette pratique a été la source, au début des années 2010, de moments très difficiles pour les membres de l’Eventuel hérisson bleu, dont les idéaux politiques et artistiques se sont heurtés aux réalités d’une pratique difficile à mettre en oeuvre autrement que par l’altercation verbale et la tentation de la violence physique.

L’Eventuel hérisson bleu a ensuite fait le choix d’un travail collectif hiérarchisé, qui faisait clairement la différence entre les différentes fonctions au service de la création. C’est ce choix qui est aujourd’hui remis en cause. L’ensemble est prêt à en assumer toutes les conséquences.

C’est que Molière le mérite.

Canny sur Thérain, le 7 mars 2019

Note d’intention

« I. MOLIERE, NOTRE CONTEMPORAIN
Molière. Meilleur ami ou pire cauchemar, sujet d’admiration, de fantasmes et d’indifférence. Molière nous hante tous. Molière. Celui avec qui on a commencé le théâtre à l’heure de la cantine, sous la direction d’une Conseillère principale d’éducation. Celui qui a donné son nom à une cérémonie qui récompense les gloires du théâtre français, et à une clause qui vise à s’assurer que les ouvriers travaillant dans le cadre de marchés publics maîtrisent la langue qui porte son nom. Celui qui travaillait pour le Roi et se moquait de ses ennemis. Celui qui s’est marié, soi-disant, avec sa propre fille. Celui qui ne serait peut-être pas l’auteur de ses pièces. Celui sans qui nous n’aurions pas la Comédie française. Celui qui a écrit des pièces sur sa propre pratique d’artiste à la solde du pouvoir, en se jouant lui-même devant le Roi.

II. LE DEFI DE LA CREATION COLLECTIVE
Molière est une figure éclatée, qui irrigue le monde. On peut trouver des morceaux de lui à peu près partout autour de nous. Des choses sublimes, des choses triviales. Ce sont ces fragments que nous ne pouvons rassembler que si nous créons à plusieurs, puisque nos désaccords sont le seul moyen de les faire coexister. Les pièces de Molière, c’est des gens qui ne sont pas d’accord. Et l’Eventuel hérisson bleu, c’est ça depuis dix ans : aimer travailler ensemble alors même qu’on n’est pas d’accord. Là où nous avons tendance à nous individualiser en tant qu’artistes nommables qui produisent une esthétique et une recherche nommables, nous avons besoin de prendre le risque du commun et de son possible échec.

III. "IL FAUT DES FORMES NOUVELLES"
Prendre le risque du commun, c’est aussi inventer des formes nouvelles, mélanger des esthétiques, des rêves de théâtre, des impossibilités, des bonnes et des mauvaises idées. C’est mettre un coup de pied dans la fourmilière du bon goût et assumer l’impureté de notre fonction créatrice. Tout est possible avec Molière : mélanger la poésie et la trivialité du monde, le circonstanciel et l’absolu, la bêtise et l’intelligence, le laid et le beau. Parce que tout ça n’est qu’un jeu, et c’est bien le jamais-vu, le jamais-pensé, que nous cherchons en nous intéressant à cette figure archaïque.

IV. POPULAIRE ? POLITIQUE ?
Ce que nous voudrions faire, c’est une forme qui soit un grand pas de côté. Une forme qui puisse parler à tous, de tous, parce qu’elle sera libre. Il s’agirait d’inventer un théâtre qui, même quand il parle de lui, parle de et à tout le monde. Parce que les questionnements du théâtre, de la fonction de l’artiste dans la société, de son rapport à l’institution recouvre en fait une réflexion plus globale sur les rapports de domination. Jouer devant le roi et sa cour au 18e siècle ; jouer dans le circuit du théâtre subventionné aujourd’hui : il y a peut-être là des contradictions qui sont les nôtres. Notre MOLIERE pourra se jouer partout, dans les théâtres, dans les champs et dans les hangars, et grâce à de l’argent public. »

Générique

Conception et réalisation / L’Eventuel Hérisson Bleu
Durée / 1h15 minutes

Production (en cours...) : L’éventuel hérisson bleu
Co-production : Théâtre du Beauvaisis, scène nationale
Soutiens : La Loge

Les dates

12 octobre 2019 Présentation professionnelle Festival Fragments #7 Le Grand Parquet, Paris 15h et 19h30
12 et 13 novembre 2019 Présentation professionnelle Festival Fragments #7 Théâtre Sorano, Toulouse
Saison 19-20 Résidences de recherche Théâtre du Beauvaisis, SN
Saison 20-21 Création et tournée en décentralisation Théâtre du Beauvaisis, SN