Présentation

Présentation
Plus

L’Eventuel Hérisson Bleu

L’éventuel hérisson bleu est un ensemble de création théâtrale fondé en 2009 par Marion Bordessoulles, Lou Chrétien-Février, Milena Csergo, Hugo Mallon et Antoine Thiollier, alors étudiant•e•s à Paris. Tou•te•s les cinq sont comédiens/comédiennes, auteurs/autrices, metteurs/metteuses en scène, et ont un même désir pour l’Éventuel hérisson bleu, véritable plateforme de création : un rapport collectif, toujours renouvelé, au travail de plateau, tandis que chaque spectacle est le fruit d’une vision artistique singulière. Chaque nouvelle proposition est un pas de côté par rapport à la précédente. L’identité du travail du collectif se fonde davantage sur la recherche d’une manière spécifique de travailler en commun que sur l’élaboration d’une esthétique définie et univoque dans ses créations. Suivant les projets, ce noyau dur s’associe à d’autres artistes (éclairagistes, musicien•ne•s, scénographes, comédien•ne•s, vidéastes...) dans un compagnonnage ponctuel ou durable.

En 2011, la compagnie s’installe sur le territoire de la Picardie Verte, dans l’Oise, où elle organise à partir du lieu qu’elle occupe, le t ! t ! t ! (Théâtre Tout Thérain), plusieurs événements (Festival Tout Thérain, petites formes in situ...). Entre 2012 et 2015, l’ensemble est en résidence longue à Mains d’Œuvres, à Saint Ouen. Entre 2015 et 2017 , il est en résidence triennale à la Maison du Théâtre d’Amiens. Ses membres mènent différentes interventions auprès de publics variés (ateliers de pratique pour amateurs adultes, ateliers d’écriture, interventions en milieu scolaire, ateliers pour enfants...).
Le collectif est en recherche permanente : en parallèle de la création de spectacles, il se consacre à la création d’autres formes laboratoires (formes courtes, créations éphémères, créations collectives...).

Projet artistique

Son projet artistique s’articule autour des axes de recherche suivants : la parole, les voix, la langue / l’épique / le commun.

La parole, les voix, la langue : à travers l’écriture de ses propres textes ou le travail d’adaptation/réécriture de textes existants, les membres de la compagnie, en tant que collectif d’auteurs/autrices, développent une recherche sur l’invention de nouvelles formes de parole théâtrale, en posant la question de la poésie et de la langue comme centre de leur théâtre.

L’épique : à travers l’hybridation des formes artistiques (texte, danse, musique, performance...), le montage, la choralité et l’élaboration des spectacles "au plateau" plutôt qu’à la table, les spectacles du collectif sont une proposition de théâtre épique, qui questionne de manière critique l’héritage de Brecht et de ce qu’on appelle le "postdramatique". L’enjeu du travail de l’ensemble est d’explorer une manière nouvelle de représenter, de raconter.

Le commun : en miroir au fonctionnement interne du groupe d’artistes, il s’agit aussi de penser le collectif sur le plateau, au sein des spectacles, d’effectuer un travail d’écriture et de mise en scène sur les formes d’utopie collective, de proposer en définitive une réflexion pour une vision du monde qui ne soit pas centrée sur l’individu mais qui demeure ouverte sur tout ce qui peut être "commun".