Isadora comme elle est belle et comme elle se promène

Isadora comme elle est belle et comme elle se promène
Plus

Le projet

Isadora est un conte théâtral, urbain et poétique, écrit sous la forme d’un monologue. Une interrogation sur l’éducation des filles, sur la place des femmes. Une fantaisie sur notre mode de vie contemporain. Une errance initiatique, où le petit chaperon rouge côtoierait les habitants d’une ville moderne dans laquelle plus rien ne semble interdit. Une fantaisie autour de notre mode de vie contemporain. Un bestiaire en forme de ballade, où les citadins sont devenus des animaux, où le soleil monte à la tête, où les couleurs s’emmêlent, où la promenade devient un voyage fabuleux, entre rêve et cauchemar.

Le texte

Isadora a été élevée avec son frère Henri par une mère qui, les protégeant abusivement, les a tenus à l’écart du monde. Un jour, celle-ci envoie sa fille chercher des framboises à la ville. Emerveillée, seule et découvrant ce qui s’offre à elle, Isadora fait l’expérience de sa liberté ; sur le fil de l’angoisse et du désir, elle vit ses premières expériences. Elle rencontre des créatures merveilleuses ; un garçon-cheval avec qui elle vit une histoire d’amour, des hommes-porcs, des loups qui la traquent, des amies gazelles qui la font danser, des enfants potames qui s’accrochent à elle…Dans un tourbillon de sensations et de couleurs, elle s’enfonce dans une ville aussi magique et dangereuse que les forêts des contes. Ce voyage initiatique sera le chemin de son émancipation ; l’affirmation d’une féminité singulière, réinventée.

Les intentions

Isadora reprend le mythe du chaperon rouge, associé à la sexualité, la puberté et la féminité, pour en questionner les tenants et les aboutissants dans le monde contemporain. On y interroge le statut de la jeune fille et de la femme au sein du noyau familial, et dans la société toute entière ; selon nos modèles traditionnels et nos modèles contemporains, quel est le statut de la femme dans l’inconscient collectif ? de la féminité ? quelles sont ses conséquences sur le désir, les moeurs et la sexualité ? Le parcours d’Isadora interroge autant la prison des stéréotypes et des assignations sociales, que le mode de vie urbain hyper-consumériste et ses conséquences sur les relations hommes/femmes.

La pièce évoque la possibilité de la liberté et de l’amour véritables, hors des carcans, des prisons mentales et des aliénations qui nous submergent. Elle dépeint l’animalité et l’humanité que nous portons en nous, et invente la possibilité de les concilier. Elle quête la possibilité d’une réelle altérité. Elle convoque la fantaisie, l’imaginaire et le grotesque pour interroger notre immuable désir de nous envoler.

Projet soutenu par le Jeune Théâtre National, ArtCena (Aide à la création), le Théâtre Paris-Vilette, les Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre, le Colombier Bagnolet, la Maison du Théâtre d’Amiens-métropole.

Texte à paraître aux Editions Théâtrales (janvier 2019).